Rimxale : son père aurait souhaité le voir devenir joueur

Rimxale : son père aurait souhaité le voir devenir joueur

410 vues

Durant son passage à Cotonou, le jeune artiste togolais Rimxale s’est posé dans un coin calme dans la ville où il nous en a appris un peu plus sur sa vie d’artiste.


Sa passion pour la musique l’a amené à aller au-delà des frontières togolaises.


Comment ont réagi ses parents quand il s’est lancé dans la musique ? Comment s’est faite la connexion avec Sessimè ? Et quel plat béninois il a kiffé durant son séjour sur la terre de Béhanzin ?

Cotonou, un dimanche soir alors que tous s’apprêtent pour la nouvelle semaine nous nous sommes retrouvé à quelques pas de la place Etoile Rouge avec le jeune artiste togolais Rimxale. Artiste, chanteur, auteur, compositeur et beatmaker : il était à son septième jour sur le territoire béninois.
Qu’est-ce qu’il y faisait vous demandez-vous sûrement ?


Rimxale a sorti peu avant 2020 un single en collaboration avec la béninoise Sessimè. A Cotonou, il y était pour une tournée médiatique. Et alors que le soleil s’éteignait sous les couches de nuages, son histoire à lui allait raviver notre attention.

Il nous apprend qu’il a commencé la musique très jeune et tient son nom d’artiste d’un frère qui par amour pour ses textes l’appelle Rimxale.


« C’est un grand frère qui a l’habitude de m’appeler comme ça. Un frère qui m’apprécie beaucoup et me soutient. Et puis qu’il trouve mes rimes très bien il m’appelle souvent Rimxale.
J’ai découvert la musique très jeune. J’ai commencé avec un groupe ‘’Face Aux Flow’’ et on était quatre. Un parmi nous a eu la chance de voyager et les deux autres ont préféré me soutenir. »


Une aventure solo qui finira par lui sourire car son talent va séduire la maison de production OKKIMO qui offrira sa chance à ce jeune talentueux en lui proposant un contrat de production. Et comme une succession de bonnes ondes, il sera consacré Révélation aux All Music Awards 2019.
Une récompense qu’il dédie à ses fans sans qui il ne serait pas arrivée à ce stade. Il parle d’un lien assez fort.



Ce n’est pas facile d’avoir un lien entre le public et soi-même. Ça prend du temps mais quand on réussit à le créer : tout devient facile.

Une chose qui n’a pas été facile pour lui c’est d’arriver à convaincre ses parents que c’est la musique ou rien. Après une gorgée du jus d’ananas qu’il savourait, Rimxale nous apprend que le rêve de son père était de voir son fils jouer dans une équipe de football.

« Mon père voulait que je sois joueur mais j’ai dévié. La musique c’est toute une passion dont je ne pouvais me passer. Il a finalement compris car je leur ai montré ; à lui et à mes proches, qu’ils pouvaient croire en moi et que ce n’est pas du banditisme. Le travail acharné et la conviction ont fait qu’aujourd’hui ils me soutiennent. »

Lesquels parents devraient être fiers de leur fils qui passe à la télé aux côté d’un grand nom de la musique béninoise. Sessimè, dont Rimxale nous décrit ici comment s’est fait la rencontre ayant débouché à la collaboration. Lui était aussi beatmaker, travaillait sur une production à l’artiste béninoise.


« Le feat avec Sessimè n’était pas prévu au départ. Nos managers étaient en contact et lors du passage de Sessimè à Lomé pour son média tour, mon manager m’a demandé de lui faire un petit boulot. Je devais lui jouer un beat pour qu’elle puisse rendre hommage à Arafat DJ dans un club de Lomé où elle était invitée. J’ai pris plaisir à bosser à ses côtés. On a eu le temps d’échanger et après je lui ai proposé de poser sur un beat avec moi. Elle a dit Oui, pourquoi pas ?
C’est ainsi qu’on s’est amusé sur un truc… On a eu des retours de nos staffs, quelques modifications et on a retravaillé le son et ça a donné C’est Le Moment. »


Et je suis à la fois surpris et admiratif de son travail. Depuis que j’ai commencé ma tournée, sur chaque radio le son est connue de tous et moi c’est un honneur pour moi.


Une tournée médiatique qui l’a amené sur plusieurs stations de radiodiffusion béninoises à savoir Radio Tokpa, Capp FM, Radio Univers pour ne citer que ceux-là. Et partout Rimxale parle de vivacité et d’accueil chaleureux des animateurs qui lui faisait se sentir à son aise ; comme s’il était chez lui au Togo. Il nous parle ici d’un vécu dans un club de Cotonou.



Ici tout est vivant… dans toutes les radios, je me sens à l’aise. J’ai plus que kiffé je dirai. Déjà que j’ai une collaboration avec Sessimè, je me sens chez moi et je vis une bonne tournée médiatique.
J’étais dans un club et j’avoue que l’ambiance qu’il y régnait m’a tout de suite donner envie de faire un concert.


L’autre artiste béninois avec lequel il rêve de collaborer reste Vano Baby

« J’aimerais bien travailler avec Vano Baby. Vano pour son côté bad… J’aime bien le personnage. »


Il nous a soufflé également à l’oreille qu’il comptait organiser un challenge sur son projet avec Sessimè dès qu’il sera de retour à Lomé. De quoi apporter encore plus de lumière sur cette chanson qui tout doucement fait son petit bonhomme de chemin. 

« Avec le staff le projet à court terme c’est de pousser à fond ma collaboration avec Sessimè car le message il est fort et on a de grands projets pour ce son. »

A l’heure où on enregistrait ce numéro, Rimxale avoue n’avoir pas encore goûté un plat béninois. Étonnant puis qu’il bouclait une semaine de tournée médiatique. Cependant invité sur un évènement il a promis tester la pâte de manioc et nous faire un retour. Et rassurez-vous qu’on partagera ses commentaires avec vous.



Et avant de nous fausser la compagnie, Rimxale a tenu à dire des mots pour ses fans et surtout ceux qui le découvrent.


« A toutes les personnes qui me découvrent ou qui me connaissent je vous invite à regarder ma vidéo déjà disponible sur Youtube. Abonnez-vous à mes comptes sociaux également et grand merci au public béninois et à mes fans. Merci également à la presse béninoise qui m’a accompagné sur ma tournée médiatique. »

Khaled Sèdaminou

top 10 urbenhits 02-2020
facebook