MUSICALITE AFRICAINE OU TENDANCIEUSE ?

MUSICALITE AFRICAINE OU TENDANCIEUSE ?

193 vues

La musique, cette combinaison de sons de façon agréable à l’oreille nous communique un message.


Le message est reçu par notre esprit qui agit en fonction de celui-ci. Ecouter de la musique nourrit notre âme et nous procure une sensation en concordance avec les paroles. Il est un secret de polichinelle que la musique est l’un des facteurs incontestables d’épanouissement de l’être humain. Les paroles, la rythmique, la mélodie et le ton sont tous autant de facteurs qui emportent dans une sphère ou l’on décode le message véhiculé. 


L’évolution des concepts et tendances tant en Afrique qu’ailleurs a fait naitre des nouveaux styles de musique qui font leur petit bonhomme de chemin drainant un monde assez impressionnant. Chaque artiste se fraye un chemin dans cet univers devenant de plus en plus vaste. Les thématiques abordées autrefois touchent au mieux les sensibilités et donnent une envie d’écoute prolongée qui a du mal à quitter l’auditeur. C’est vrai, on parle aujourd’hui de mondialisation, de globalisation et autres concepts qui font peut-être voir et faire les choses d’une manière qui sort de celle conventionnelle. Mais cette évolution des choses ne devrait pas nous écarter de ce qu’il convient de qualifier d’agréable et utile pour la pensée et l’âme de l’auditeur. La dépravation thématique s’est emparée du registre pluraliste qui aussi facilement donnait le plaisir à l’auditoire. L’heure est aux tendances. Même si l’auditoire semble être réceptif à cette nouvelle façon de lui procurer de la joie, il n’en demeure pas moins vrai qu’il y met assez de réserve en relevant les bémols qui à l’unanimité sont décriés. Le problème relevé ici se fait de plus en plus pertinent surtout en Afrique ou l’effritement des valeurs s’en va crescendo. Le suivisme musical grandissant semble faire perdre à ce continent sa réelle identité musicale qui a longtemps été source des autres musiques du monde. Les touches d’africanité ne sont plus monnaie courante dans les compositions, les différentes orchestrations qui révèleraient encore mieux l’Afrique dans sa diversité culturelle musicale.
Si nous sommes d’accord du fait que la musique parle à nos sens et se met au contact de notre âme, devons-nous dire sans risque de se tromper qu’avec les tendances actuelles basées en grande partie sur les mœurs légères nous nous souillons ?


Les journalistes d’émissions musicales de grandes écoutes, sont sérieusement confrontés à un véritable problème de satisfaction des grands ensembles composés d’amoureux de musique conservatrice et celle tendancieuse de mœurs douteuses. Que faire pour satisfaire l’ensemble de tout l’auditoire ?
Je vous en parle dans mon prochain article
(A suivre…)


Aboubakar SADIKOU
Journaliste musique - Culture
Chroniqueur et voix off professionnelle
00229 96 0055 41 – 61 303 023
Cotonou - Bénin

facebook