Ce qui m’importe c’est de représenter mon pays et non les béninois… dixit Axel Merryl

Ce qui m’importe c’est de représenter mon pays et non les béninois… dixit Axel Merryl

2720 vues

Objet de nombreuses polémiques sur la toile depuis peu, Axel Merryl est l’invité cette semaine de Urbenhits.



En l’espace de quelques heures, il a jeté puis rattrapé sa nationalité. Celle qu’il porte fièrement et, vous allez le voir dans cet entretien, pour qui il est prêt à tout. Son humour ne fait pas l’unanimité ; en témoigne son dernier passage sur la célèbre scène du « Le Parlement Du Rire » qui a fait polémique sur la toile.
Était-il vraiment le premier béninois à fouler ce podium ? Qu’est-ce qu’il pense des réactions après son passage ? Et avait-il un beef avec l’humoriste en chapeau de paille Kenneth ?
Nous avions rencontré Axel Merryl pour en savoir plus sur les différentes polémiques. Fan du Barça, et adepte du tchiep sénégalais, parlons de sa dernière actualité.


UBH : Commençons d'abord par lever le doute sur ton identité.
Axel Merryl… béninois ? Africain ? Ou sénégalais ?


Axel Merryl : Béninois

UBH : À l'état civil Axel Merryl c'est ?


AM : Axel Merryl Sofonnou

UBH : Jeune béninois vivant au Sénégal, plus besoin d'étaler ici tes exploits. Internet le fait si bien déjà.
Mais parlons de ta dernière sortie. 

Comment as-tu vécu l'expérience « Le Parlement du rire » ?!


AM : Très belle expérience, avec des réalisateurs extraordinaires. Ils font tout pour faire connaître les jeunes talents en leur apportant les bases. On te donne des astuces sur la gestion scénique tenant compte de ton sketch. Moi je l’ai vu comme un devoir pratique. Etant nouveau, la première chose qu’ils m’ont apprise c’est de savoir canaliser le stress mais aussi de savoir comment improviser, le temps de reprendre le fil de son sketch.


Pour la petite histoire avant mon passage j’avais deux heures de répétitions. Quand j’ai exposé mon sketch à la répétition comme tout le monde, il s’est fait que j’ai dépassé le temps accordé à chaque humoriste. J’ai été à 07 minutes alors qu’il fallait faire maximum 04 minutes. Et ils m’ont dit d’essayer de couper jusqu’à avoir 04 Max. Un sketch que je connais par cœur, on me demande 01H avant ma scène de couper des parties pour raccourcir et d’optimiser mon temps.

C’est dans cet esprit que je suis tombé sur scène avec un gros challenge.

UBH : Pour toi qui avais deux projets, comment as-tu pu gérer tes deux sketchs ?


AM : Mon sketch a été validé avant qu’on ne m’appelle pour le parlement. Le texte était bien rédigé et j’ai même mi mon orgueil de côté pour demander des conseils aux aînés là-bas du coup j’étais content d’exposer mon sketch avec autant de challenge sur le dos. Le public a adoré car le plus important sur un stand up c’est que le public réagisse car c’est avec le public tu communiques.
Résultat deux prestations, deux standing ovation… Pour une première
Les gens derrière leur écran ne pourront jamais ressentir la chaleur qu’il y avait entre le public et moi. Et la chose qui m’a le plus ému c’est que le président du parlement avant que je ne monte sur scène m’a dit : « si tu es venu ici c’est que tu le mérites, lâche-toi et fais toi plaisir ».

J’étais un peu stressé pour ma première prestation mais j’ai géré, vous verrai bien avec la fin, le sketch de la deuxième prestation était moins fort en rebondissements que la première mais j’étais très à l’aise ce qui montre que j’ai beaucoup appris là-bas. A la fin, le président du parlement, Mr Gohou et Charlotte sont venu me féliciter, ainsi que tous les humoristes. Une chose que j’ai comprise là-bas on s’encourage et on s’entraide beaucoup.

UBH : Une première, qui visiblement n'est pas passé inaperçue.
Après la diffusion de tes prestations la toile s'est enflammée. Au Sénégal, on digère mal ta blague sur le pays qui t'a accueilli depuis des années. Au Bénin, ça raconte que tu n'as pas été "drôle".
Qu'est-ce que tu réponds à tout ça ?


AM : J’ai fait un spectacle dans le pays qu’on appelle la capitale du rire à chaque 15s ça rigolait dans le public et à chaque fois standing ovation sans oublier même qu’au montage il y a des choses qui ont été coupé sur nos sketchs. Nous les humoristes qui n’avions pas pu respecter le timing de Canal +.
L’avis des béninois m’importe très peu, tout ce qui m’importe c’est de représenter mon pays et non les béninois qui si je ne m’en abuse n’ont vraiment pas assez de spectacles d’humour au pays pour être dans cet esprit. Et pour le Sénégal, les sénégalais c’est comme ça. Ils défendent fièrement leur pays tout le contraire de nous. L’erreur que j’ai faite c’est qu’à la fin de mon sketch j’ai oublié de dire que sans le Sénégal je ne serai pas Axel Merryl. Je dois tout à ce pays.

Après si quelqu’un trouve que dans tout le sketch que j’ai fait rien n’était drôle c’est normal (sourire). Je suis un concepteur. Je ne fais jamais comme les autres ; je viens de créer mon univers de stand upeur et je vais le perfectionner. Il y a plein d’humoristes que je ne trouve pas drôles mais je respecte leurs sketchs parce que ce n’est pas facile de se créer un univers propre à soi-même et d’être kiffé direct. 


Et je tiens à préciser, je suis un très grand fan des humoristes comme Pipi Wobaho, Eléphant Mouillé et autres… Et c’est ce style que je veux développer sur scène. Vu comment ces personnes n’ont pas pu exporter leurs talents, c’est normal que le béninois puisse réagir comme ça. Mais je vais mettre tout le monde d’accord au fil du temps ceux qui ne voudront pas seront juste des personnes qui ne veulent pas voir le pays évoluer.


UBH : Axel Merryl c'est aussi cette prise de bec, pour ne pas dire prise de b**e entre deux mâles.
Etais-tu en froid avec Kenneth ?!


AM : Next question stp

UBH : En tant que nouveau sur une telle scène, qu’est-ce que tu as envie de partager avec les non-initiés ?

AM : Au parlement ils cherchent que des talents humoristiques uniques. Chacun sa façon de faire, si tu ne passes pas au parlement du rire, c’est soit tu ne sais pas te faire petit pour accepter les critiques des grands du domaine, soit tu as copié les sketchs ou le style de quelqu’un soit tu n’es pas respectueux. Parce que cette émission-là fait tout pour faire connaître les jeunes talents.

UBH : À tes débuts, c'était un mélange parfait avec Jojo le Comédien, qui désormais est à Panam.
À quand une prochaine collaboration ? Mais avant dis-nous comment vous arrivez à concilier Humour et études ?


AM : Je ne sais pas, mais pour moi c’est facile en tout cas. Avec Jojo, très prochainement et quand je dis très c’est vraiment très.

UBH : C’est quoi la suite après « Le Parlement Du Rire » ?

AM : Vous serez informé très bientôt.

UBH : Vie privée, si tu devrais choisir finir ta vie avec une fille.
Laquelle serait-ce entre la béninoise, la sénégalaise, la camerounaise et l'ivoirienne ?


AM : Mdr (Mort De Rire)

UBH : Tu dois faire un choix !


AM : Camer ou Gabon

UBH : Axel Merryl est sélectionné pour une scène aux États-Unis. Quels comédiens ou humoristes aimerait-il avoir à ses côtés ?


AM : Jojo le comédien

UBH : L'humoriste qui t'inspire le plus ?


AM : Depuis la base Pipi Wobaho. Mais j’ai plus d’amour pour le cinéma que la scène. Du coup cinéma c’est Djimon Hounsou et Will Smith.

UBH : Merci Axel !

Entretien réalisé par Khaled Sèdaminou

top 10 urbenhits 07-2019
facebook